J’ai cousu : un body Ivonic x Gabriel de Marie Poisson

Blog couture - body Marie Poisson

Depuis la révélation de mon premier body cousu à la fin de l’hiver dernier, je sais que cette pièce est désormais un indispensable de ma garde-robe automne-hiver. Moi qui porte très régulièrement des débardeurs en coton sous mes vêtements pour avoir bien chaud, je vais pouvoir les remplacer par des bodys. Plus aucun risque que le froid passe dans le bas du dos ou du ventre. C’est vraiment la sous-couche idéale.

Pour coudre ce body, je suis partie de 2 patrons de Marie Poisson issus des livres ci-dessous :

  • « Le body de Marie » de Marie Poisson est un livre de 48 pages qui propose 2 modèles de body : une version débardeur (Ivonic) et une version cache-cœur (Lizaig) avec option culotte ou shorty pour chaque version. Le livre est uniquement disponible au format papier. La gamme de taille s’étend du 34 au 52. Les marges de couture sont incluses (0,7 mm).
  • « Coudre le stretch » de Marie Poisson est un livre qui propose un guide technique très complet sur la couture des matières extensibles et 8 patrons de hauts en maille. Le livre est disponible uniquement au format papier. La gamme de taille s’étend du 34 au 52. Les marges de couture sont incluses (0,7 mm).

Matériel


Le Body de Marie : 14,95€
Tailles : 34 à 52
Marges de couture incluses


Coudre le Stretch : 24,95€
Tailles : 34 à 52
Marges de couture incluses


Jersey de coton bio GOTS écru
Les Coupons de Saint-Pierre

Réalisation

  • Cousu en taille 48
  • Assemblage à la surjeteuse
  • Finitions des bandes d’emmanchure et d’encolure à la recouvreuse
  • Couture de l’élastique et du gros grain à la machine à coudre
Blog Couture - Body marie Poisson boutons pression

Pour réaliser ce body, j’ai donc mixé 2 patrons de Marie Poisson : le shorty du livre « Le body de Marie » et le débardeur Gabriel du livre « Coudre le stretch ». J’ai tout simplement superposé les lignes de taille des 2 patrons. Ensuite, j’ai tracé une ligne pour joindre le dessous de bras du débardeur aux hanches du shorty. Le débardeur est plus large que le shorty, puisqu’il n’est pas destiné à être aussi moulant qu’un body.

Concernant l’ordre de montage, j’ai commencé par coudre les goussets au shorty. Ensuite, j’ai cousu les côtés et les épaules. Puis, j’ai cousu les bandes d’emmanchures et d’encolure. Enfin, j’ai posé l’élastique sur le contour des cuisses. J’ai terminé par les finitions du goussets (couture du gros grain et pose des pressions).

Si je n’ai eu aucune difficulté pour assembler les pièces, j’ai eu quelques difficultés pour les coutures. Quand j’ai monté les bandes d’emmanchures, je les ai posées à cheval comme indiqué dans le patron. Cependant, c’était assez fastidieux à faire puisque je n’avais pas pré-plié les bandes (grossière erreur donc). De plus, je trouve que les bandes sont trop larges. Ensuite, j’ai voulu faire la piqûre finale à la recouvreuse. C’est totalement inesthétique parce que : les bandes d’emmanchures ne sont pas pliées de manière régulière donc la largeur varie ; j’ai utilisé un point de recouvrement large et je pense que le point étroit aurait été mieux ; et, déjà agacée par les point énoncés, je n’ai pas réussi à faire une couture bien régulière.

Blog Couture - Body Marie Poisson encolure

Concernant la bande d’encolure, je la trouve aussi un peu trop large. J’ai aussi fait la surpiqûre à la recouvreuse, mais en essayant de piquer dans le pli pour ne laisser apparaître qu’une ligne de couture. C’est raté. Je trouve qu’il est difficile d’être précis avec la recouvreuse qui va très vite. De plus, c’est une machine que je n’utilise pas régulièrement donc je manque de pratique.

Enfin, l’élastique a été une horreur à poser. Il est tout étroit, difficile à épingler et difficile à piquer. Bref, la prochaine fois, je prendrai un élastique pré-plié (comme pour mon premier body) car c’est tellement plus simple à poser.

En fait, j’aurais du m’arrêter de coudre dès que j’ai vu que les bandes d’emmanchures ne me convenaient pas. D’habitude, je m’arrête, je laisse passer un jour et deux, je découds et je recommence. Là, j’ai continué, mais en étant agacée et insatisfaite du résultat, j’ai cumulé les erreurs.

Encore une petite précision concernant les bandes d’emmanchures et d’encolure, elles ne sont pas sur le patron et il faut les tracer soi-même (les dimensions sont bien évidemment données dans le livre). Par paresse, je n’ai pas marqué les repaires de coutures des épaules. Évidement, j’aurais du prendre le temps de le faire afin de répartir au mieux les bandes et avoir un résultat plus harmonieux et qui ne gondole pas. Franchement, sur ce coup là, je n’ai vraiment pas assuré.

Mon avis

Malgré la couture qui s’est faite un petit peu dans la douleur, je suis contente de mon body. Certes, il n’est pas à la hauteur de mes espérances d’un point de vue esthétique, mais il remplit parfaitement sa mission de sous-couche pour lutter contre le froid automnal. Il est très confortable, juste moulant comme il faut pour avoir chaud et très pratique avec les boutons pression qui sont légèrement sur le devant (et pas juste entre les cuisses).

Avec cette version hybride, je m’ouvre un champ de possibilités quasi infini de bodys à créer en associant n’importe quel patron de haut en maille au shorty ou à la culotte du livre. J’aimerais notamment essayer une version avec le Plantain. Ce qui est certain, c’est que d’autres bodys viendront agrandir mon dressing cet hiver.

Blog Couture - Body de Marie Poisson vue de face
Blog Couture - Body de Marie Poisson vue de dos

Si vous voulez découvrir d’autres versions, cherchez #lebodydemarie sur Instagram.

Et vous, avez-vous déjà cousu un body hybride ? Dites-moi tout !

Signature Hibbis - blog couture


2 commentaires sur “J’ai cousu : un body Ivonic x Gabriel de Marie Poisson”

  • Pour un sous-vêtement, ce n’est pas très grave si les finitions ne te conviennent pas tout à fait. Et tu feras mieux la prochaine fois. En tout cas, la vue d’ensemble est tout à fait satisfaisante.

    • C’est ce que je me suis dit, sous un pull ou une chemise, personne ne le verra. J’espère faire mieux la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code