Mon matériel couture #5 – Ma recouvreuse Janome 2000 CPX (2019)

Pour mes 30 ans, j’ai encore eu la chance de recevoir une belle enveloppe avec laquelle j’ai acheté une recouvreuse. Cela faisait des mois que je lorgnais dessus. Mais pourquoi avoir acheté une recouvreuse ? Encore plus que la surjeteuse, la recouvreuse n’est absolument pas indispensable en couture. J’ai vraiment profité de l’occasion pour me faire plaisir avec un très beau cadeau. Je n’aurais probablement jamais acheté de recouvreuse si je l’avais payée intégralement de ma poche, ou en tout cas pas dans un futur proche. Quoiqu’il en soit, à quoi sert une recouvreuse ? Il s’agit d’une machine qui fait des ourlets extensibles, des coutures d’assemblage et des coutures décoratives. Je l’utilise principalement pour faire des ourlets sur les tissus en jersey (notamment sur les t-shirts) et le résultat est parfait !

Avant d’avoir ma recouvreuse, je faisais les ourlets des t-shirts et des tissus extensibles avec une aiguille double. Je n’étais jamais satisfaite de la couture et elle finissait toujours pas se défaire (points qui sautent). C’était vraiment énervant. J’ai ensuite utilisé un point « nid d’abeille » de ma machine à coudre. C’était une solution moyennement satisfaisante. D’un côté, les coutures étaient très solides et je n’avais aucun problème de point qui lâche (contrairement à l’aiguille double), de l’autre, il était vraiment très difficile de régler la tension correctement et le tissu était toujours trop étiré avec comme conséquence que l’ourlet perdait en élasticité. Bref, je n’avais aucune solution efficace et esthétique pour coudre les ourlets extensibles.

Je cite deux manières de faire des ourlets que j’utilisais mais il en existe bien d’autres. Selon les machines, il y a plusieurs points qui peuvent très bien faire l’affaire : le point triple droit, le point zigzag, le point élastique, des points fantaisistes extensibles, … Référez-vous au manuel de votre machine à coudre.

Malheureusement je ne peux pas vous parler plus longuement de ma recouvreuse car je n’ai pas encore eu l’occasion de beaucoup l’utiliser. Je découvre encore son fonctionnement et quels réglages faire en fonction du point et du tissu, mais pour le moment c’est un pur plaisir. Je le répète encore une fois mais cette machine est vraiment un petit luxe. Pour moi, elle arrive à la fin de la chaîne des machines, en complément de la machine à coudre et de la surjeteuse. Cependant, je suis absolument ravie de ce très beau cadeau d’anniversaire.

Pourquoi avoir choisi ce modèle ?

Quand j’ai commencé à m’intéresser aux recouvreuses, mon premier réflexe a été d’aller voir ce qui se fait chez Pfaff. En effet, quand je vois passer une recouvreuse sur les blogs ou Instagram, il s’agit généralement de la Coverlock 4.0. Je pense que la marque équipe quelques unes de mes instagrammeuses préférées. Puis j’ai vu le prix : 1.290€ sur le site de la marque (et la Coverlock 3.0 est annoncée à 990€). Clairement inenvisageable !

Ensuite, j’ai été voir sur le site de Stecker quelles recouvreuses étaient proposées. Je savais déjà que Babylock était malheureusement hors de budget pour moi. Stecker vend un modèle de recouvreuse par marque : Singer, Brother (pour le coup, il y a 2 recouvreuses proposées à la vente), Janome, Elna et Juki. J’ai cherché des avis sur internet et je n’ai pas trouvé grand-chose. J’ai surtout trouvé des commentaires sur la recouvreuse de Janome et celle d’Elna qui semblent vraiment similaires (j’ai lu quelque part que les deux marques avaient les mêmes usines de production). Finalement, pour une offre semblable, la recouvreuse Janome était la moins chère (599€). De plus, j’avais un a priori positif sur la marque puisque j’ai une machine à coudre Janome dont je suis ravie. Ma recouvreuse a donc été commandée en ligne chez Stecker (avec une livraison ultrarapide).

Mes premières impressions sur la machine sont : l’enfilage est plus complexe que sur ma surjeteuse mais il n’est pas compliqué (il demande de la précision et un peu de temps), la recouvreuse est une machine sensible dont les réglages peuvent prendre du temps (il ne faut donc pas se décourager et persévérer) et mes finitions ont vraiment gagné en qualité.

Les accessoires et les consommables

Pour ce qui est des consommables (fil et aiguilles), c’est exactement la même chose que pour les surjeteuses. Sur ma recouvreuse, il est indiqué d’utiliser exclusivement des aiguilles de type ELx 705, recommandation que je suis scrupuleusement. Quant aux accessoires, il en existe quelques-uns comme un guide pour les ourlets, un guide pour poser les biais ou les élastiques, un pied fronceur, un pied avec un guide au milieu, … Je ne me suis pas encore intéressée à tous ces accessoires car j’aimerais avant tout maîtriser correctement ma recouvreuse. Après, à voir si j’ai des besoins spécifiques parce que tous les accessoires coûtent assez chers (environ 30 euros pour un pied presseur, gloups).

Avec ma recouvreuse, j’ai reçu en cadeau (c’était un pack compris avec la machine) : un pied presseur transparent (vraiment hyper utile, je n’utilise que lui), un pied pour élastique (pas encore utilisé) et une table d’extension (pas encore utilisée).

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette recouvreuse, je vous invite à aller lire les différents articles que lui a consacrés Sandrine alias SB Créations sur son blog qui est pour moi incontournable dans la blogosphère couture (et elle fait aussi des podcasts sur sa chaîne youtube).

Et vous, envisagez-vous d’acquérir une recouvreuse ? Ou un autre type de machine ? Dites-moi tout !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code