J’ai cousu : le pantalon Jumpy de Ready to Sew

J’ai acheté le patron du pantalon Jumpy sur un coup de tête, durant un temps de midi au boulot, en avril 2020. Pourtant, tous les voyants étaient au rouge : le patron ne propose pas ma taille et le modèle a un gros nœud sur le devant, juste au niveau du ventre (ajout de volume et plis dans cette zone), tout ce qui est déconseillé pour les grandes tailles donc.

Malgré cela, j’avais envie d’essayer. Je m’efforce (et ce n’est pas toujours facile) de me détacher un maximum des injonctions de la mode et de ce qui va ou pas à certaines morphologies. Quand je couds des vêtements, je le fais avant tout pour moi. Je veux me sentir à l’aise (le confort avant tout) et jolie dans mes vêtements. Je ne m’habille pas avec pour objectif que les autres me perçoivent plus mince que ce que je ne suis (car quand on parle de vêtements qui vont ou non, on parle clairement de savoir si on paraît plus mince ou plus gros).

J’ai décidé d’arrêter d’acheter des patrons qui ne proposent pas ma taille. Je préfère donner mon argent à des marques qui sont inclusives plutôt qu’à celles dont je ne suis visiblement pas la bienvenue dans la clientèle. Mais donc, pourquoi ai-je acheter ce patron qui ne propose pas ma taille ? Outre mon envie de coudre le pantalon Jumpy car il me plaisait, j’ai acheté ce patron pour 2 raisons.

Tout d’abord, avec le système de fermeture prévu dans le patron, il est très facile d’ajuster la taille (il suffit de serrer plus ou moins le nœud). Comme le pantalon doit passer les hanches, si le tour de taille est inférieur (ce qui est généralement le cas), la taille passera d’office. Ensuite, la marque Ready to Sew a augmenté sa gamme de taille en proposant désormais des patrons gradés du 32 au 58 (il s’agit de 2 gammes de tailles gradées avec un bonnet B jusqu’au 46 et un bonnet D à partir du 46 également). Raphaëlle (la fondatrice de la marque) a également écrit un super article sur le patronage des grandes tailles et enregistré un podcast sur le sujet avec Elodie Blueberry. C’est typiquement le genre de marque de patrons que j’ai envie de soutenir.

Jumpy est un pantalon « paréo » qui se ferme par un nœud sur le devant (pas de zip ou de bouton). Le patron propose une version pantalon à jambes droites et une version short. Le patron est disponible au format PDF (A4 et A0 avec calques de taille). Le pantalon est gradé du 32 au 46. Les marges de couture sont incluses (1 cm).

Matériel

Réalisation

  • Cousu en taille 46
  • Assemblé entièrement à la machine à coudre
  • Finitions des marges de couture à la surjeteuse

Une fois n’est pas coutume, mais, j’ai fait une toile. Oui, oui, tout à fait. Il s’est écoulé plusieurs mois entre la réalisation de la toile et la réalisation du pantalon. J’ai eu un petit coup de stress après avoir cousu la toile parce que je n’étais pas du tout sûre de moi. Finalement, c’est grâce à Ivanne S. et à la sortie de son pantalon Saïki que tout s’est arrangé. En effet, le patron de Saïki comprend tout un dossier sur les ajustements pour pantalon sur lequel je me suis basée pour faire les modifications de mon Jumpy.

J’ai ré-enfilé ma toile, je me suis longuement observée dans le miroir et j’ai passé plusieurs soirées en portant ma toile. Ensuite, j’ai listé ce que je voulais changer dans le pantalon et je me suis plongée dans le dossier sur les ajustements du pantalon Saïki.

Modifications apportées :

  • j’ai élargi les cuisses devant de 2 centimètres (pg.6 des Ajustements – Saïki) ;
  • j’ai allongé la fourche dos de 1 centimètre (pg.25 des Ajustements – Saïki) ;
  • j’ai allongé les liens à nouer de 10 centimètres ;
  • je n’ai pas utilisé la pièce I (entoilage pour parmentures) => à la place, j’ai directement entoilé les parmentures devant et dos ;
  • pour l’ourlet, je n’ai pas fait de double rentré, j’ai surjeté le bord et fait l’ourlet à 3 cm.

À faire pour la prochaine fois :

  • augmenter la largeur des parmentures de quelques centimètres pour faciliter la couture de maintien ;
  • augmenter encore un peu la largeur au niveau des cuisses et des genoux ;
  • peut-être encore modifier la fourche dos (en réflexion).

Concernant les explications, je n’ai rencontré aucune difficulté. J’ai de plus en plus de mal à me placer dans la peau de quelqu’un qui débute en couture et à avoir un avis objectif sur la qualité des explications. Néanmoins, le pantalon Jumpy est très simple à coudre de par l’absence de système de fermeture et les explications sont claires. Un pas à pas est disponible sur le site de Ready to Sew.

À porter avec :

J’ai porté le Jumpy avec un « crop top » qui arrivait juste au niveau du nœud et avec un long débardeur rentré dans le pantalon. Ma conclusion est que le haut idéal avec ce pantalon est un body. En effet, mon Jumpy se détend un peu au fil de la journée si je ne resserre pas le nœud et finit par se mettre au niveau des hanches. Avec un body, il n’y a pas de problème de ventre apparent ou de haut qui sort du pantalon. Il ne me reste plus qu’à me coudre des bodies blancs et noirs qui s’accorderont parfaitement avec mon Jumpy (enfin si j’en couds déjà un banc et un noir, je serai bien contente).

Mon avis

Je suis super contente d’avoir osé ce pantalon qui me faisait envie. J’aime beaucoup le style, que je trouve versatile : je le porte avec des baskets mais je pense qu’il sera tout aussi bien avec des sandales ou des talons.

Sur les photos, je n’ai pas pris le temps de faire un beau nœud. Mon nœud n’est pas extraordinaire mais suffisant pour le quotidien. Pour les photos, j’aurais pu suivre un tuto pour faire quelque chose de joli. C’est finalement la seule difficulté du patron.

Concernant le seyant, le pantalon est un peu trop étroit au niveau des cuisses et des genoux. Je le sens quand je suis assise. Pour moi, le plus gros point négatif est que le nœud se desserre au fur et à mesure et le pantalon finit par me tomber sur les hanches. Pour remédier à cela, je ne vois que deux solutions : soit refaire le nœud plusieurs fois dans la journée, soit ajouter un élastique dans le dos pour maintenir le pantalon plus serré (par contre, est-ce qu’un dos élastiqué sera joli sur ce modèle, je ne sais pas).

Enfin, un petit point sur le tissu. Je trouve le lin-viscose vraiment confortable pour des pantalons d’été. Par contre, ce tissu bouloche beaucoup, notamment entre les cuisses. J’avais déjà eu ce problème avec mon pantalon Dressed. Après, je ne sais pas si les bouloches sont dues au tissu ou si elles sont dues aux frottements des cuisses.

En conclusion, je suis vraiment contente de mon pantalon. Je l’ai déjà porté plusieurs fois, surtout durant la mini-canicule du début du mois de juin et c’était parfait. Il s’agit de ma première réalisation qui entre dans ma capsule printemps-été 2021.

Si vous voulez découvrir d’autres versions, cherchez #jumpyreadytosew sur Instagram.

Et vous, avez-vous déjà cousu le pantalon Jumpy ? Dites-moi tout !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code