J’ai cousu : le gilet Cannelle de Christelle Beneytout

Le gilet Cannelle fait partie de ma sélection de patrons pour ma capsule automne-hiver 2020. J’adore les gilets : je trouve que c’est vraiment une pièce versatile, qui se combine avec énormément de tenues et qui est portée toute l’année. Le gilet Cannelle est pour moi emblématique car il a longtemps été le seul patron de gilet dans l’offre des patrons indépendants francophones. J’en avais déjà cousu une version en novembre 2014, mais je ne porte plus ce gilet car il est devenu trop petit (et pour cause, il est cousu en taille 44).

Le gilet Cannelle est un modèle de gilet ouvert avec un long col. Le patron propose 2 déclinaisons : une version avec le col plié en deux pour les matières avec de la tenue et une version pour les matières plus fluides. Il y a également 4 variations qui sont proposées avec le patron ainsi que des poches plaquées. Le patron existe en format pochette et PDF (A4 et A0) de la taille 32 à 52. Les marges de couture sont incluses (0,8 cm).

Matériel


Gilet Cannelle de Christelle Beneytout
Patron pochette : 11,90€ – PDF : 7,90€
Tailles : 32 à 52
Marges de couture incluses : 0,8 cm


Maille grosses côtes bordeaux
Acheté sur Les Coupons de Saint-Pierre

Une fois n’est pas coutume mais ce tissu est une grosse déception ! Il y a toujours un risque quand on commande du tissu en ligne. On est tributaire de la photo (et on sait qu’il est difficile de rendre une texture et une couleur en photo) et de la description. Il nous manque donc une donnée essentielle : le toucher. Je ne m’attendais pas du tout à recevoir ce tissu. Je pensais avoir commandé une maille à l’aspect côtes tricotées alors que l’aspect est plutôt celui d’un velours côtelé mais avec la texture d’un fil chenille (je parle de ça). Je ne suis pas non plus satisfaite de la couleur qui, selon moi, tire plus vers une nuance de violet que vers du bordeaux. Bon, c’est le jeu et ce n’est pas grave mais cela ne m’empêche pas d’être déçue quand même.

Malgré ma déception, j’ai voulu coudre mon tissu en espérant que cela me fasse changer d’avis. Pour le moment, ce n’est pas le cas. Cependant, je porte mon gilet à la maison (et comme je suis partiellement en télétravail, je le porte pas mal à vrai dire). Et avec le reste de mon coupon, j’ai même cousu un pull que j’espère vous montrer la semaine prochaine.

Réalisation

  • Cousu en taille 50
  • Assemblé entièrement à la surjeteuse
  • Ourlets faits à la recouvreuse

La réalisation de ce gilet est ultra simple et très rapide si vous utilisez une surjeteuse. Il suffit de faire les coutures d’épaule, les têtes de manche, fermer les côtés, coudre le col et faire les ourlets, voilà. Les explications sont très claires et comportent une version pour la couture à la surjeteuse et une version pour la couture à la machine à coudre.

J’ai choisi de coudre une taille 50 car je voulais un gilet ample et que je savais que les bras étaient assez étroits. L’ampleur des manches me convient parfaitement, sauf au niveau des poignets où c’est vraiment trop large pour moi. Je préfère les poignets plus resserrés. Je trouve le gilet un peu long puisqu’il m’arrive sous les fesses malgré mon 1m72.

À porter avec :

Normalement, ce gilet était pensé pour s’intégrer dans ma capsule automne-hiver 2020. À cause de mon mauvais choix de tissu, il fera plutôt office de gilet d’intérieur à porter quand je suis en télétravail ou quand je regarde une série en tricotant sur le canapé. Sur les photos, je porte le gilet avec mon pantalon Safran.

Mon avis

Bon, je ne suis pas du tout convaincue par mon gilet : je le trouve moche (attention, je parle spécifiquement de la version que j’ai cousue, pas du patron auquel je n’ai rien à reprocher). Déjà, je n’aime pas le tissu, et ensuite, l’association patron-tissu n’est vraiment pas heureuse. Je trouve que le gilet me donne une carrure énorme. J’aurais peut-être dû choisir un tissu plus fluide, même si ce tissu n’est pas spécialement rigide (moins qu’un molleton par exemple). Le problème doit aussi probablement venir en partie de mon choix de taille. En descendant d’une taille, le gilet serait plus ajusté (même s’il faudrait garder la taille 50 pour les manches en diminuant l’ampleur au niveau des poignets).

Cependant, je dois reconnaître que le gilet est vraiment très confortable. Le tissu est doux et chaud juste ce qu’il faut. J’aime particulièrement le col qui remonte bien haut sur la nuque. C’est le gilet idéal pour se réchauffer et s’envelopper quand on veut passer un moment cocooning (donc pile dans l’air du temps n’est-ce pas). En bref, c’est un échec pour ma capsule de saison mais ce gilet est idéal comme vêtement d’intérieur. Il ne finira donc pas à la poubelle.

Si vous voulez découvrir d’autres versions (réussies cette fois-ci), cherchez #jecoudscannelle sur Instagram.

Et vous, quel était votre dernier échec en couture ? Dites-moi tout !



6 commentaires sur “J’ai cousu : le gilet Cannelle de Christelle Beneytout”

  • Bonjour
    Je suis en train de coudre le gilet cannelle modèle B, le même que vous me semble t il, et je bloque complètement sur les explications pour le col. Pourriez vous m’aider ?

  • c’est difficile de choisir un tissu à distance sans le toucher et parfois la surprise n’est pas bonne. Vu d’ici, derrière mon écran, ton gilet est bien réussi et la couleur tire vers le bordeaux mais je comprends ta réaction, car tu t’attendais simplement à autre chose…Mais puisque tu le portes, ce n’est pas un échec juste une demi-satisfaction 🙂
    Je viens de bousiller un merveilleux crêpe couleur celadon, et je cogite pour esssayer de rattraper l’affaire…J’attends l’idée lumineuse : )

    • J’adore l’expression “demi satisfaction”. C’est pas évident de recyclé un projet déjà cousu, j’espère que tu trouveras l’inspiration.

  • C’est dommage que le tissu reçu ne correspondait pas à ce que tu imaginais. Mais tant mieux que ce gilet te convient bien en vêtement d’intérieur.
    Pour les manches, j’avais élargir les miennes en allant tout droit entre l’emmanchure et le poignet et c’était nickel.

    • Je me demande si je n’ai pas élargi les poignets en tirant dessus au moment de coudre l’ourlet … C’est dommage pour le tissu mais je suis quand même contente de l’avoir cousu et ne pas le laisser encombrer mes placards pendant de nombreux mois ou années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code