Optimisation & planification en couture

Optimisation de la garde-robe

Ces dernières années, la tendance dans la blogosphère couture est clairement à l’optimisation de la garde-robe. Après la surconsommation vient le temps de la réflexion. L’objectif est d’obtenir une garde-robe capsule fonctionnelle et réfléchie. Cela se traduit par un ensemble restreint, complet et harmonieux de vêtements pouvant s’assortir entre eux pour former un maximum de tenues. Le vêtement n’est plus pensé comme une pièce seule, mais comme un élément devant s’intégrer au mieux dans une garde-robe déjà existante.

Il existe différentes dénominations pour ce même concept : « Wardrobe Architect », « Wearability Project », « Design Your Wardrobe », « capsule de saison », « garde-robe réfléchie », « dressing durable », … Vous trouverez beaucoup de documentation sur les blogs notamment. Bien souvent, la base est la même avec une analyse de son mode de vie ou de son style, une analyse des couleurs (parfois avec les fameuses saisons) et une analyse de sa morphologie (le but n’est pas de paraître plus mince mais d’identifier les vêtements dans lesquels on se sent bien).

Pour moi, cette tendance a atteint son apogée lors de la sortie, fin 2019, du livre « Dressed » de Deer&Doe. Le livre propose une méthode et 9 patrons pouvant être cousus en une après-midi pour « concevoir une garde-robe capsule complète et cohérente quel que soit votre style ». À ma connaissance, ce type de contenu en français et spécifiquement orienté vers la couture n’existait pas encore (mais dites-moi si je me trompe). Grâce à cet ouvrage, je me suis pour la première fois réellement plongée dans la théorie, alors que jusque là, je n’avais fait que regarder ce que les autres faisaient.

J’ai beaucoup apprécié le livre « Dressed ». Bien que je n’ai pas appliqué la méthode, je l’ai lue dans son intégralité et j’ai déjà cousu quelques-unes des pièces proposées. J’espère un jour prendre le temps de m’y plonger et concevoir moi aussi ma garde-robe capsule. En attendant, elle reste dans un coin de ma tête à chaque fois que je commence un nouveau projet car je me pose la question de savoir comment je vais le porter et avec quoi.

Moins mais mieux

Pour moi, toute cette tendance s’inscrit dans une démarche plus générale de recherche de durabilité, d’écologie mais aussi d’économie de temps et d’argent. Le « moins mais mieux » peut s’appliquer à plusieurs domaines de notre vie quotidienne (les déplacements, l’alimentation, l’achat de vêtements, …). Si on en revient à la couture, l’idée est de coudre moins de pièces (et donc de tissus) mais des pièces que l’on va porter, de qualité et qui s’accordent facilement avec le reste de notre garde-robe. En faisant cela, on peut alors se permettre de choisir des matières premières de meilleure qualité (et donc plus durables), parfois plus chères.

Évidemment, sur le papier (ou l’écran devrais-je dire), j’adhère totalement à l’idée. J’ose même rêver de voir un jour mon stock de tissus se résumer à quelques coupons épars. Seulement voilà, dans la réalité, ce n’est pas aussi simple que ça, en tout cas pour moi. Assez rapidement après m’être mise à la couture, je suis tombée dans la surconsommation de tissus et de patrons (et c’est idem en tricot). J’ai des tissus à ne plus savoir où les mettre et tellement de patrons de couture (que ce soit sous forme de pochettes, PDF, magazines ou livres) !

Je sais que c’est trop, que je suis dans l’excès, que j’ai de quoi coudre pour les 3 prochaines années minimum, et malgré tout, je ne peux pas m’empêcher d’acheter encore plus. Les (mauvaises) raisons sont multiples : je n’ai pas ce qu’il me faut en stock, je n’ai pas envie de couper dans mon beau tissu donc il m’en faut un pour faire une toile, je n’aime plus ce tissu, j’ai eu un coup de cœur (pardon pour ceux et celles que cette expression horripile) pour un tissu, je veux soutenir une marque de patrons (en particulier si mes mensurations rentrent dans le tableau des tailles) … Bref, je suis encore loin du « moins mais mieux ».

Et en même temps, la couture reste pour moi un loisir et surtout un plaisir. Je n’ai pas envie de tomber dans des injonctions et de me mettre une pression pour la couture. Je pense que réfléchir à la question de sa consommation et avoir conscience de son comportement (sans le juger) est déjà un pas dans la bonne direction. L’important est de se demander vers quoi on veut aller et trouver un équilibre entre raison et plaisir.

Planification des projets couture

La planification des projets couture s’inscrit dans la continuité d’une volonté d’optimiser sa garde-robe et d’aller vers un « moins mais mieux » vestimentaire. Étant une grande adepte des listes (j’aime faire des listes, même plus que de réaliser ce qui est sur ma liste, je peux faire des listes juste pour le plaisir d’en faire), je suis très attirée par le côté organisation et réflexion.

Non seulement je vois le côté utile de la planification (optimisation, gain de temps et d’argent), mais aussi le côté ludique. Il se pourrait bien qu’avec l’arrivée de ma saison préférée (l’automne donc), j’ai envie de me lancer dans la planification d’une « capsule de saison ». Depuis plusieurs années, je fais des ébauches de capsule automnale. À ce stade, j’ai identifié une palette de couleurs, des silhouettes-types et des patrons à coudre. J’ai même trié mes tissus en fonction des saisons (les tissus automne/hiver et les tissus printemps/été).

En toute franchise, je ne sais pas si je vais aller jusqu’au bout de l’exercice. Je suis plutôt de celles qui planifient mais ne passent pas forcément à l’action (quand je vous disais que je fais des ébauches de capsule automnale depuis plusieurs années sans aller plus loin). Pourtant, je pense que la démarche sera bénéfique pour moi à plusieurs niveaux :

  • je vais m’amuser en planifiant (choisir des looks, chercher les patrons, trouver les tissus adéquats, le tout issu dans mon stock si possible) ;
  • j’espère coudre plus efficacement en ne perdant plus de temps à choisir ce que je vais coudre (j’en parlais dans cet article) ;
  • et, évidemment, j’aimerais avoir une garde-robe cohérente et harmonieuse qui me facilite la vie le matin et qui ne me fera plus dire « je n’ai rien à me mettre ».

Et vous, êtes-vous un ou une adepte de la planification en couture et/ou de l’optimisation de votre garde-robe ? Dites-moi tout !



4 thoughts on “Optimisation & planification en couture”

  • J’adorerais respecter une certaine planification. Plusieurs fois j’ai tenté d’établir un programme mais à chaque fois une envie, une pulsion vient balayer la liste des projets… J’ai remarqué cependant qu’avec un peu plus d’expérience en couture, il n’y a quasi plus de réalisations qui restent au placard. J’arrive à mieux définir mes projets (même sous la pulsion compulsive….). Je vais suivre avec attention tes publications!
    Côté stock, j’ai du tissu pour les 20 années à venir, mais habitant au fin fond de la campagne, il faut avoir un minimum pour pouvoir coudre!

    • Merci beaucoup ! C’est la première fois que je planifie mes projets couture alors je ne sais pas encore si je vais suivre mon programme ou pas. En tout cas, c’est sûr qu’il y aura des envies soudaines qui viendront s’immiscer dans tout ça. Il faut toujours avoir du stock de tissu chez soi, on ne sait jamais (je dois dire qu’avec le confinement, j’étais bien contente d’avoir de quoi faire).

  • Ah la planification ! Je crois que c’est ce que j’aime le plus dans la couture… avec le fait d’acheter des tissus. Comme toi, j’en ai trop, j’en achète plus que ce que je n’arrive à coudre mais j’essaye de m’améliorer. Pas facile de se raisonner, et ce loisir nécessite tellement de matériel !

    • Je découvre les joies de la planification et je trouve ça vraiment chouette à faire. Après, il faudra voir ce que donne la phase de réalisation des projets prévus. Je n’ai plus de comportement rationnel quand il s’agit de tissus, mais j’essaye d’y remédier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code